S’entraĂ®ner au travail…?

La saison de hockey vient (finalement) de commencer, et la première chose que les joueurs ont fait, c’est s’entraĂ®ner. Ils n’ont pas vraiment jouĂ© une partie complète au dĂ©but. Ils ont fait des allers-retours sur la patinoire. Ils ont pratiquĂ© le maniement de la rondelle. Ils ont fait des tirs au but, et j’en passe… Ils ont fait tout ça dans le but de gagner leur première partie, mĂŞme s’ils avaient dĂ©jĂ  fait tout cela par le passĂ©.

Dans le cadre de notre travail de dĂ©veloppeur, on est souvent affectĂ©s Ă  des projets utilisant de nouvelles technologies et on a Ă  travailler avec des collègues avec qui on n’a jamais travaillĂ©. On s’attend alors Ă  ce que l’on rĂ©ussisse nos projets… sans faille. On fait tout ça sans vraiment s’être entraĂ®nĂ©s auparavant. En fait, dans ces cas-lĂ , on finit par apprendre « sur le tas ». On apprend de nos erreurs aux dĂ©pends du projet.

Cet apprentissage en cours de projet pose très souvent des problèmes qui sont décelés très tard dans le cycle de développement. La plupart des gens savent que ça coûte moins cher de trouver les problèmes le plus tôt possible.

 
Source: Applied Software Measurement, Capers Jones, 1996

Qu’en est-il pour nous, dĂ©veloppeurs? Notre mĂ©tier relève davantage de l’art que de la science. Certes, il y a quelques principes bien Ă©tablis, mais, la plupart du temps, on se retrouve en mode crĂ©ation. Cette crĂ©ativitĂ© a besoin d’être stimulĂ©e comme c’est le cas pour les sportifs et les artistes. Le sportif pratique plusieurs techniques liĂ©es Ă  son sport pour ĂŞtre prĂŞt lors de la première partie. Le peintre se pratique Ă  peindre diffĂ©rentes parties d’un visage (yeux, bouche, nez et oreilles) avant de faire un portrait complet. Le musicien dans un orchestre va pratiquer sa partition seul afin d’ĂŞtre prĂŞt pour le prochain concert…

Dans la majoritĂ© des cas, comme dĂ©veloppeur, nous commençons dès le premier jour Ă  produire du code de production avec une technologie qui n’est pas nĂ©cessairement maitrisĂ©e et avec des outils qui ne sont pas plus maitrisĂ©s…

Alors quelle est la solution?

S’entraîner!

A suivre dans le prochain billet.

 

email

Ă  propos de Ă©ric de carufel

Passionné, impliqué et minutieux sont des qualités qui décrivent bien Éric pour qui le développement logiciel est une quête constante d'amélioration pour atteindre l'équilibre entre la perfection et les besoins du client. Son approche architecturale est simple : élaborer une architecture où il est plus facile d'appliquer les bonnes pratiques que les mauvaises.
voir mon profil Â»